Développement sur mesure

Vous cherchez un developpeur web ? Je développe vos sites internet, vos thèmes, vos plugins et bien plus encore.

Développeur full stack


Plugins Wordpress

Thèmes Wordpress

Sites Wordpress

Back-end

Front-end

Développement php

JS, jQuery, Ajax

Serveur side

HTML5 / CSS3 / Bootstrap

Vous chercher un développeur web ?

Vous souhaitez devenir développeur web ?

Voici un retour sur les fondamentaux du métier pour vous aider à mieux cerner vos attentes en tant que recruteur, et la crédibilité de vos espoirs en tant que développeur web freelance qui se lance sur le marché.

Développeur web : Métier généraliste ou spécialisé ?

Le développeur web a forcément une culture web très large ainsi que des compétences en informatique plus ou moins supérieures à celles du commun des mortels, (d’où les caricatures d’informaticien geek qu’on a tendance à lui attribuer), mais il est avant tout un spécialiste de la linguistique de programmation dédiée au web.

Son job consiste à donner des instructions à une machine ou à un logiciel, que ce soit un serveur ou une application par exemple.

Et pour donner ses instructions, le développeur web doit connaître un ou plusieurs langages dits de programmation.

Le terme de langage n’est d’ailleurs pas un hasard car il s’agit véritablement de langues, mais qui ne se parlent pas. Il faut savoir lire et interpréter des mots et des sigles afin d’être capable d’écrire des séries d’instructions qui aboutiront à des mises en forme, des animations, à des calculs, à une multitude de fonctionnalités et actions qui ne peuvent pas être mises en place dans un langage humain.

Le métier de développeur web et donc un métier de spécialiste malgré l’étiquette d’informaticiens généraliste qu’on a tendance à coller aux développeurs web.

Ceci étant dit, maintenant que les amalgames entre informaticiens, clichés et développeur web ont été mis à plat, il faut préciser qu’il existe bel et bien une branche généraliste du métier de développeur web, mais dans l’univers spécialisé du web.

Full stack : le généraliste sur un segment spécialisé

Pour qualifier les développeurs généralistes, on parle généralement de développeurs web full stack.

Cela signifie qu’ils ont les compétences nécessaires pour prendre en main tous les aspects relatif au bon fonctionnement d’un programme web, qu’il s’agisse de faire tourner une application web ou un site internet.

Ces aspects sont :

La partie serveur

on va parler de base de données, de langage SQL, de lignes de commandes, de cron jobs, de gestion de processus, de swap, et de tout un tas d’autres choses qui affèrent au fonctionnement du serveur et de ses service (web, mail,sql, etc).
côté serveur, on va surtout (dans la majorité des cas) utiliser le langage bash qui sert à passer des instructions sur des serveur Linux.

La partie front-end

on parle ici de toutes les parties d’un site ou d’une application, qui sont généralement publiques, visibles par tout le monde.
les langages de programmation du front-end sont pour la plupart des langages dits de hauts niveau, c’est à dire qu’ils agissent surtout sur les couches “superficielles/visibles” des interfaces web.
on va également parler des langages HTML et CSS, mais ces derniers sont des langage de mises en forme et non des langages de programmation.

La partie back-end

on parle ici de l’arrière boutique, du moteur sous le capot…tout ce qu’on ne voit pas, mais qui est le cœur du système.
les langages de programmations du back-end sont pour la plupart, des langages dits de bas niveau, c’est à dire qu’ils agissent surtout sur les premières couches d’exécution. On peut imager en parlant de langage d’amorçage. Ca reste une image, mais c’est un peu ça.

Ce qu’il faut comprendre, c’est que la communication entre l’homme et la machine se fait différemment selon l’environnement (web/OS,etc), et que dans chacun de ces environnements, il existe une multitudes de langages de programmation.

En l’occurrence, le web est un environnement spécifique dans lequel nous utilisons des langage qui ne sont pas du tout les mêmes que ceux qui sont utilisés dans le cadre de logiciels que vous pourriez avoir sur votre ordinateur Windows ou Mac par exemple.

Ajouté à cela, chaque environnement est segmenté en plusieurs “niveau d’exécution”, chacun ayant ses propres langages.

Développeur web : un métier aux multiples facettes

Vous l’aurez compris le métier de développeur web n’est pas un métier de touche-à-tout de l’informatique, c’est un métier très spécialisée d’un univers informatique particulier : le web.

Cet univers web est lui même composé d’une multitudes de sous groupes suscitant des spécialisations qui se caractérise par la maîtrise de tel ou tel langage de programmation.

On n’est pas développeur web tout cours, on est développeur web spécialisé dans quelque chose.

Développeur web spécialisé dans un langage :

Développeur web JS
Développeur web React
Développeur web Angular
Développeur web php
Etc

Développeur web spécialisé sur un outils, une technologie :

Développeur web WordPress
Développeur web Laravel
Développeur web Shopify
Développeur web Woocommerce
Etc
Mais tout ceci n’est que dans la théorie, car tout est question de présentation et d’angle de vue.

Par exemple, un développeur WordPress est forcément développeur php, alors qu’un développeur php n’est pas forcément un développeur WordPress.

Toutefois, sachant que WordPress est un outils tournant sous Php, un développeur php n’a pas de grande difficulté à prendre en main un projet WordPress.

Cet exemple illustre parfaitement la véritable essence du métier de développeur web, car au delà des compétences techniques, c’est surtout la capacité d’adaptation qui fait d’un individu un développeur web.

Le développeur web s’adapte tout de suite

Tout comme les langues latines se ressemblent, les langage de programmation se ressemble également.

On peut d’ailleurs construire une même application ou un même site web en utilisant des langages et outils totalement différents.

La vrai question est de savoir quel est le langage ou l’outils le plus approprié dans la cadre d’un projet. C’est le projet qui détermine les langages et outils.

Comme il est impossible de devenir expert dans tous les langages de programmations autrement que par des décennie d’expérience, il s’agit d’avoir un bagage technique qui permet d’évoluer d’un langage à l’autre sans aucune difficulté.

Pour ce faire, il faut avoir un bagage technique sur les 3 partie majeurs d’un site web ou d’une application : front, back, et serveur.

Un développeur capable d’adaptation connait au moins :

  • Le html et le css (langages de mise en forme)
  • Un langage de programmation de haut niveau (Js / React / jQuery / Angular)
  • Un langage de programmation de bas niveau (php / python / Java / Ruby C, C++)
  • Le langage SQL et les outils commun de gestion de base de donnée, tel que phpmyadmin.
  • Les basiques du Bash pour manager un serveur Linux
  • Les basique htaccess et une bonne connaissance des aspects réseaux.

Avec ce spectre de connaissance, rien ne résiste au développeur web. Il peu s’adapter à tous les langages, avec plus ou moins de rapidité, et peut se lancer dans un projet avec un langage qu’il n’a jamais utilisé.

Il y a certes un temps d’adaptation relatif à “la grammaire” du nouveau langage, mais ça fonctionne de la même manière.

La productivité comme moteur des choix

Puisque un projet se pilote par des impératifs de délais et de budget avant des impératifs technologique, ce sont les langages et outils permettant une meilleurs productivité qui prennent l’ascendant dans les priorités et choix.

Sachant cela, WordPress est de loin la solution la plus adéquate, car on peut quasiment tout construire sur la base de cet outils, et ce, très rapidement.

Il y a évidement des inconvénients et ce ne sont pas les puristes, qui par nature détestent WordPress, qui diront le contraires.

En résumé, les inconvénients de WordPress sont directement issues de la trop grande facilité de l’outils et aux innombrables galeries de scripts disponibles qui peuvent s’y graffer en quelques clic.

De l’abondance et de la facilité découlent d’importantes failles sécuritaires et d’innombrables malfaçons. Mais à chacun des ces défauts, il existe une parade.

En pure codeur, on ne peut avoir qu’un avis négatif sur WordPress, mais c’est mal définir le métier de développeur web que de considérer qu’il ne s’agit que de coder.

Le métier de développeur web est bien plus que cela, du moins lorsqu’on se positionne en tant que freelance dans le domaine.

Les aspects du métier de développeur freelance

L’aspect technique est celui auquel on pense immédiatement lorsqu’on parle de développeur web, car il s’agit bien d’un métier technique, mais la technique ne fait pas tout.

La technique…certes :

Développer au sens informatique du terme signifie écrire des textes dans un langage qui est très peu connu par le grand public : le langage de programmation. Et il se trouve qu’il existe plusieurs langages de programmation.

L’aspect technique du développement web et donc relatifs à une compétence linguistique, mais qui, comme nous l’avons vu plus haut, se décline en de nombreuses autres compétences qui peuvent s’acquérir très très rapidement selon la composition des fondations du bagage technique du développeur web.

L’important, c’est d’abord la capacité d’adaptation du développeur web, qui allié à son niveau d’expertise sur au moins un langage natif* de bas niveau et un langage natif de haut niveau, fait de lui la perle rare pour votre projet web.

*Natif : langage primaire autour duquel se sont développés des “dialectes de programmations”.

Car au delà de la technique, la mission du développeur web est de traduire l’idée d’un client en quelque chose de concret.

La pédagogie du développeur web

Les contraintes techniques, aussi nombreuses soient-elles, n’intéressent pas le client.

Même lorsque des explications techniques sont les seules explications valables pour faire comprendre au client des incompatibilités dans ses demandes, pour lui faire comprendre des augmentations de délais de production ou autres, le client ne veut savoir que deux choses : quand et combien. Le comment ne l’intéresse généralement pas.

Le développeur web doit donc être un bon pédagogue pour savoir expliquer à ses clients le pourquoi du comment, sans verser dans des explications ultra techniques que les clients ne veulent pas entendre.

Tache on ne peut plus difficile, surtout lorsqu’un client qui n’a pas envie d’entendre d’explications techniques nous en demande tout de même à travers des questions du genre : pourquoi tu fais ça comme ceci ? Pourquoi ce n’est pas possible de faire comme ceci ou cela ?

En vérité, tout est possible, l’éternel problème, c’est le temps et le budget.

Le développeur web doit être capable de rendre des choses complexes faciles à comprendre, tout en étant conscient des impératifs et objectifs clients pour savoir lui dire qu’il s’égare ou qu’il en demande trop par exemple.

Ceci en sachant qu’un client ne verra pas forcement ce qu’il y a de compliqué dans sa demande, il qu’il aura tendance à s’énerver face à la négation.

Ceci, d’autant qu’il n’est pas en mesure de comprendre les aspects techniques qui valideraient pourtant une négation à une demande, ou un surcoût important.

Le développeur doit savoir orienter ses clients vers les meilleures solutions, sans pour autant qu’elles soient pleinement comprises, car trop techniques pour être abordés.

La confiance

Voilà le plus grand enjeux pour une entreprise qui recrute un développeur : la confiance.

Il faut dire que le développeur web est au cœur de son business en ligne, c’est un maillon sensible qui a accès à des niveaux critiques.

En tant que développeur web il faut être capable de construire une relation de confiance, avec ses clients, toujours en expliquant comment se passe les choses, comment elles se passeraient en cas de conflits, comment les choses se dérouleront avant, pendant et après le projets.

Tout cela, toujours à travers des explications simples, compréhensibles et un maximum de transparence, malgré des fondements techniques qui peuvent difficilement être compris.

Ceci ne suffit évident pas. Le développeur doit pouvoir justifier d’expériences réussies dans son parcourt pour susciter la confiance.

A défaut d’en avoir, l’acceptation de conditions peu sécurisantes pour lui peut être un passage obligé.

Haut